voyager durable
Inspiration

5 Bonnes Résolutions pour Voyager Plus Durable

Comment voyager plus durable? Le fait de voyager pour découvrir de nouveaux lieux et de nouvelles cultures est une joie pour beaucoup d’entre nous mais les voyages peuvent être avoir un impact sur l’environnement. Cette année, moi et ma compagne nous aimerions continuer à réduire notre empreinte carbone en choisissant d’adopter les pratiques de voyage les plus responsables et les plus durables.

Pour ce faire, nous avons compilé une liste de résolutions pour voyager plus durable. Ce sont des pistes que nous souhaitons partager avec vous pour un tourisme plus responsable. Voici cinq bonnes résolutions que nous souhaitons suivre cette année pour voyager plus durable.

1. Privilégier un mode de transport terrestre

Même s’il est difficile à évaluer, l’impact climatique du transport aérien ne cesse de croître. L’avion reste un des modes de transport les plus polluants avec la voiture. Nous allons éviter de partir en avion le plus possible.

Pour réduire son empreinte carbone, le mieux est encore de voyager moins souvent et de privilégier les transports en commun. Avec 14 g de CO2/passager/km seulement, le train est le mode de transport qui a le moins d’impact sur le réchauffement climatique. Nous le prenons à chaque fois que c’est possible pour partir en week-end.

voyager durable

 

Si nous n’avons d’autres choix que de prendre la voiture, nous allons tenter de diminuer l’empreinte de notre voyage avec le covoiturage. Nous publierons nos trajets sur l’application BlaBlaCar pour accompagner d’autres voyageurs qui se dirigent dans la même direction.

Si nous ne pouvons pas faire autrement que de prendre l’avion, nous allons partie en classe économique. Selon une étude la Banque Mondiale, les passagers de première classe ont une empreinte carbone jusqu’à 9 fois plus forte qu’un voyageur en classe économique. Certains sites comme myclimate.org, CO2solidaire.org, climatmundi.fr ou greentripper.org permettent de calculer le CO2 pour un voyage en avion et ensuite de le compenser. Mais si nous voulons polluer moins, nous devons éviter de prendre l’avion.

 

Pour voyager de façon plus écologique, le mieux est de faire du vélo ou d’explorer votre prochaine destination à pied. Ces modes de transport sont non seulement excellents pour la santé, mais ils laissent la plus petite empreinte sur notre environnement.

2. Manger local et de saison

Au cours de la dernière décennie, des chercheurs ont constaté qu’en moyenne, un produit alimentaire parcourt environ 1 500 kilomètres avant d’arriver dans nos assiettes. Ces aliments sont généralement transportés par camions, par trains ou par avions. Les «kilomètres alimentaires», comme on les appelle communément, ont un impact négatif sur notre environnement, en particulier lorsqu’ils sont transportés par avion ou par cargo.

Cette année encore, nous allons manger local et de saison le plus souvent possible. Pour faire nos courses près de chez nous ou lors d’un voyage à l’étranger, nous allons acheter et consommer des produits locaux. Manger local est également un moyen de soutenir les agriculteurs locaux et les petites entreprises.

Manger local et de saison est une bonne intention mais ce n’est pas toujours évident. Quelques applications facilitent la vie des consommateurs qui veulent suivre cette démarche. C’est le cas d’Etiquettable (iOS, Android), de Yes We Green (iOS, Android) ou encore de La Ruche qui dit Oui (iOS, Android).

3. Connaître les labels du tourisme responsable

Pour mieux respecter les populations et la nature lors de nos prochains voyages chez nous ou à l’étranger, nous allons nous familiariser avec les labels du tourisme éthique. Ce sera une aide pour préparer nos prochaines vacances.

ecolabel
Pour voyager en Europe, on peut se fier à l’écolabel européen pour trouver un hébergement. Que ce soit un hôtel ou un camping, ce sigle atteste que le complexe touristique applique des mesures pour la réduction des consommations d’énergie et d’eau, pour la réduction et le tri des déchets ou fait la promotion des transports écologiques; etc.

Pour voyager plus loin, nous pouvons vérifier si le voyagiste arbore le label ATR (Agir pour un Tourisme Responsable). Cette association des acteurs du voyage responsable délivre une certification aux professionnels qui participent au développement local et à la protection des intérêts des populations locales. Avant de voyager, nous pouvons d’ailleurs signer la charte éthique du voyageur.

Pour les voyages à l’étranger, nous pouvons aussi vérifier le label Green Globe. Ce label international de tourisme durable est décerné aux acteurs du tourisme qui respectent une charte en matière d’environnement, de protection économique et sociale, de management responsable et d’héritage culturel.

Ce label s’applique à l’ensemble des entreprises et organisations touristiques : hébergements, campings, voyages, transports, croisières, restauration, parcs d’attractions, sites de visite, golfs… Il a pour objectif d’accompagner et de récompenser les professionnels du tourisme qui adoptent une gestion environnementale et sociale de leurs activités.

4. Choisir un hébergement durable

Nous allons chercher des hébergements qui s’engagent pour le tourisme durable. En Europe, les hébergement touristiques qui ont obtenu l’éco-label européen appose le logo sur leurs outils de communication. Les hôtels, campings, gîtes, chambres d’hôtes, villages de vacances certifiés écolabel offrent une réelle garantie pour un tourisme plus responsable. La plupart de ces hébergements proposent également un petit déjeuner bio.

tourisme durable

Pour vérifier si l’hébergement est écolabellisé, il faut appeler la réception ou visiter leur site Web. Avant de choisir un établissement touristique sur un site de réservation en ligne comme Booking.com ou Expedia.fr, nous pouvons chercher si le lieu a obtenu l’écolabel.

Sinon un site comme TripAdvisor a crée son propre programme EcoLeaders. Si l’établissement arbore le logo, cela signifie que c’est un hôtel ou une chambre d’hôte écologique. Il s’engage à respecter l’environnement notamment en pratiquant le recyclage, en cuisinant avec des produits locaux et bios ou en proposant des stations de recharge pour les voitures électriques.

 

5. Explorer les alentours

En définitive, pour faire des voyages plus durables, nous allons surtout voyager moins souvent.

Nous adorons explorer de nouvelles villes, rencontrer de nouvelles personnes et découvrir des cultures étrangères, mais le fait de voyager est souvent incompatible avec le développement durable. Nous allons essayer de minimiser les longs voyages et de passer plus de temps dans notre jardin.

Si nous voulons bouger, nous allons d’abord explorer les lieux à proximité et y aller en train si c’est possible. Si nous devons prendre la voiture, nous allons faire du covoiturage pour chaque trajet.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *